L’histoire se déroule dans le Sud-Est de la France. Le vignoble des côtes du Rhône, créé en 1936,  se porte plutôt bien, un solide réseau de caves coop’ permet à de joyeux vignerons de vivre confortablement sans trop se prendre la tête : ya du pastis des glaçons et  les viticulteurs se la coulent douce sous les tilleuls, les nougats en éventail puisqu’on est près de Montélimar.

Seulement il y a deux ou trois rigolos qui pensent à jouer un peu plus personnel… On les appellera la nouvelle école des Cotes du Rhône : Côtes du Ventoux, Costières de Nîmes, Côtes du Luberon et Coteaux du Tricastin. Nous, on va s’intéresser surtout aux Coteaux du Tricastin AOVDQS en 1964 et AOC en 1973. L’année suivante débute la construction de la centrale du Tricastin, on arrête pas le progrès. Les deux cohabitent jusqu’à la crise viticole. La scission n’a  pas franchement réussi à la nouvelle école, les cours actuels sont nettement inférieurs au Cotes du Rhône générique déjà pas bien haut (amis de Bourgueil qui voulaient quitter les vins de Loire, méditez cet exemple…).

Il faut savoir une chose à propos de nos amis vignerons : c’est jamais de leur faute. Donc si ça marche pas c’est forcement la faute à la centrale nucléaire qui salope leur image comme BP salope les crevettes de Forest Gump… c’est pourquoi les vignerons ont décidé de changer de nom. Un petit incident nucléaire récent a aidé a forcer un peu la mécanique et depuis le 9 juin Ils ont un nouveau nom!!!

Vu la notoriété de Tricastin, et d’ailleurs de sa centrale, on pourrait penser qu’ils choisiraient un nom qui claque du genre Cotes de Saint Cool ou Val Yabon… Ce sera GRIGNAN LES ADHEMAR!! du nom de la ville? nan… du village? nan plus… du nom du monastère des frères dégrippeurs de moteurs de tondeuse a gazon (un avé, deux pater et Adhémar!)? encore moins.. Du nom de Grignan et d’un autre bled : la Garde Adhémar…

A la limite je crois que Coteaux de Bhopal ou Seveso Village auraient été plus porteurs…

DaaaahhhuuuuUUUuuut!!!!

Publicités