Un double Corona du Nicaragua, voila une vitole bien originale!! Pour ceux qui découvre vitole = type de cigare, double corona = taille du dit cigo, dans ce cas un barreau de chaise pour papas et grands garçons, Nicaragua = pays dont je ne sais absolument rien, à part qu’à leurs moments perdus les nicareux roulent des cigares…

Une vitole bien originale dis-je, parce qu’en général ce n’est pas le Nicaragua qui nous vient à l’esprit comme terroir de cigare statutaire (rappelez vous : Double Corona = Bras de Bébé), on pense évidemment à Cuba à la limite à la république dominicaine.

En attendant le cigare est bien présenté, la cape est claire. Mon cigare avait quelque accrocs, mais personne d’autre ne s’en est plains, comme j’ai pu le terminé sans trop jouer de la flute nous dirons qu’il n’y a rien de grave. Petit bémol : la tête du cigare est scellée étrangement ce qui lui donne un coté artisanale assez sympa, mais qui exclu l’utilisation d’un emporte pièce pour le décapité. Les ciseaux étant difficilement maniable avec des sabots de Darou, ma coupure ne fut pas très nette et j’ai eu des morceaux de tabac entre les dents pendant toute ma dégustation.

L’allumage est un peu terne, sur des notes végétales de fougère, mais il prends très rapidement sa vitesse de croisière avec un registre plus complet de cèdre et de menthol. Vers la moitié de la dégustation il se permet même le luxe de gagner en puissance et en personnalité en distillant des notes de réglisse et de Xeres.

Les cigares du Nicaragua ont la réputation d’être assez bon marché, je ne connais pas le prix de ceux-ci (Merci à Hervé, l’Amphitryon de cette dégustation), mais si l’on sait apprécier ce type de cigare qui ne jouent pas des muscles on passera un très bon moment. C’est un cigare pour tous qui ravira les amateurs de Davidoff par exemple.

DahuuUUUut

Ps : Non… Davidoff n’est pas l’acteur qui jouait dans K2000…

Publicités