Archive for avril 2011

Vendredis du Vin # 35: Le Vin en haut de l’affiche

C’est la première fois que je participe au vendredis du vin, j’attendais un sujet qui m’interresse un minimum… Travaillant durement sur « Jéroboam!!! », mon projet de scénario pornoenologique, le sujet vin et ciné ne pouvait que s’imposer!

Essayons donc de raprocher quelques vins et quelques oeuvres cinématographiques. Mes choix sont bien sur subjectifs, et j’attends vos suggestions pour continuer le concept.

Margaux (Ben.. Margaux) / Citizen kane (Orson Wells)

A tous seigneurs tout honneur! Reconnu comme le plus grand du monde réalisé, avec une technique remarquable. A mon gout dans le top trois pour les deux mais pas sur la premiere place par le petit manque de magie suprème. A noter que la principale qualité de l’un est le principale defaut de l’autre : quelques longueurs!

Chateau Haut Brion (Pessac Léognan)/ Casablanca (Michael Curtiz)

La magie qui manque à Margaux se retrouve dans le couple Bogart/ Bergman. Irréprochable a tous points de vu, a mes yeux c’est le plus grand vin de l’histoire du cinéma. Ouais.. c’est surtout la le coté « subjectif.. en fait…

Chateau Calon (satelitte de saint emilion)/ l’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux (Robert Redford)

Le serment de l’oenologue m’empeche d’en dire plus (nous pretons, entre autres, le serment de ne pas dénigrer les confrères) mais ceux qui ont gouté les vins de monsieur Boidron comprendrons.

Chateau Saint André Corbin (Saint Georges Saint Emilion)/ Les Invasions Barbares, Le déclin de l »empire américain (Denys Arcand)

Avec une belle maitrise technique, un terroir interressant et beaucoup de sensibilité il n’y a pas besoin d’etre à Hollywood pour sortir un chef d’oeuvre du genre.

La Tyre (Madiran) / Angel Face (Otto Preminger)

Noir… noir… noir.. un peu austere mais très prenant…

Riesling Geiberg d’André Kientzler (Alsace)/ Funny Face ( Stanley Donen)

Du peps encore du peps et pourtant la classe et l’élégance de la grande Audrey hepburn et ses toilette d’Yve Saint Laurent misent en valeur par un Fred Astair irréprochable.

La quintessence de chateau Pesquié (Cotes du ventoux)/ Dogville (Lars Van trier)

Originale et iconoclaste on aimerait que cela devienne un standard

Le Chambertin par exemple de Bouchard père et fils (Gevrey Chambertin)/ Sabrina (Billy Wilder)

Servit par de grand interpretes ça ne peut que marcher! Un parfait fondu entre Audrey Hepburn et Humphrey Bogart, toujours parfaitement digeste on s’en resert volontiers un autre dvd.

Savigny les Beaune Premier cru les lavières, / Léon (Luc Besson)

On penserait pas forcement à Besson parmis les plus grand.. et pourtant il viellit très bien et passe souvent devant le Corton après quelques dizaine d’année…

Bollinger / … Un James Bond (je me suis moyennement foulé…)

Vu , Vu et rebu!! pourtant toujours au top du genre.. On est jamais déçu et on en redemande.. Moi oui en tout cas!!

Clos de los Siete (Chili) / La mort d’un commis voyager (Volker Sclhöndorff)

Rien que la distribution fait salivé… et puis… c’est génial!!! du tres grand art!! mais pas la perfection.. un peu trop « théatre filmé » à mon gout…

On pourrait continuer comme sans fin… Non, en fait on pourrait pas… j’ai passé la semaine sur ceux ci déjà…

DaaaAAAhuuUUUUUt!!!

Chateau les pins, la gamme wit fait bien fait!

Vous connaissez les vins du Roussillon? C’est une terre merveilleuse de bons rapport qualité prix. La semaine derniere les commerciaux de Dom Brial, la cave coop’ de Baixas sont venu présenter des vins pour voir si mon patron préféré (gloire et longue vie à lui, qu’il soit mille fois benis, je prie pour que son premier enfant soit un mâle et qu’on soient compatible s’il lui faut un rein) pouvait en distribuer. La dégustation était vraiment interessante et je vous recommande une bonne partie des produits Dom Brial (eviter les rosé qui ont une teinte et un degré d’alcool trop soutenue quand meme…). La discussion deborde un peu sur les muscats de Rivesalt et un commercial me propose de m’envoyer une serie d’echantillons de leur chateau les pins sous tube WIT. Les tubes wit sont un syteme de conditionnement de 6cL à capsule a vis de qualité. Personnellement je trouve que c’est une façon très élégante de comuniquer sur les vins en envoyant des enchantillons. Comme j’aime pas boire seul je me suis dit je vais partager avec vous ; oui.. vous deux : Maman et Helmut…

Ok.. trahit par la photo.. j’en ai deja fluté un… c’était le Primage

Rivesaltes Primage 2005

C’est un Rivesaltes, un vin doux naturel rouge avec donc un fort degré d’alcool et du sucre résisuel, un peu typé banyul, sans l’oxydation. La couleur manque d’intensité. Le nez est trop évolué a mon gout et surtout marqué par un champignon frais qui evoque plus les moisis de cave que l’evolution. En plus ni le sucre ni l’alcool n’arive a enrobé les tannin encore poudreux. On va oublier.

Muscat de rivesalte 2009

La robe est assez pale.  Le nez de muscat est exhubérant, dominé par l’abricot (en fait avec un coté un peu lacté qui évoque le yahourt a l’abricot, c’est très gourmang , commeuh dirait Cyrileuh Lignaqueuh « MMMm!!! ya de l’abricot, on sent bieng l’abricot, c’est bon l’abricot!!! ») et la pèche. Il est d’une grande pureté.  L’équilibre est parfait avec une jolie acidité qui rafraichit l’enssemble. Un produit très réussit.

Rivesaltes Ambré 2004

Comme son nom l’indique la couleur est plus soutenue. Outre l’abricot, le nez tire plus vers la pate de coing. La bouche est une merveille!!! Quand vous avez une retroolfaction aussi différente que le nez, le vin merite sans doute d’etre carafé minimum attendu… Mais bon carafer 6 cl… Mais quelle bouche!!! Explosive! Complexe!! Un peu de caramel! de l’epcice (cardamome)! un fruit plus complexe (abricot lignacois peche mais aussi poire et coing)!! J’adore!! Et l’equilibre en bouche est tout aussi subtil.. Manque un peu de longueur peut etre…

Rivesalte 1993

Ancore un peu plus ambrée.. Le nez s’est domestiqué, plus marqué par l’évolution, la cire et le miel.. l’épice a vin chaud reste toute fois présente et le fruit joue un peu les prolongations. En bouche l’équilibre m’apparait un peu plus alcooleux mais satisfesant. On trouve la longueur qui manquait aux autres echantillons. C’est tout de meme un joli vin.

Clairement, je suis emballé par l’ambré 2004 et deçu par le primage. Les autres étant vraiment sympa aussi.. par contre j’adore le WIT!! Pas de défaut, des vin ouverts… par contre pour les vieux millésimes je ne suis pas sur que ce soit une grande idée.. le WIT donne envie de boire tout de suite… non.. pas de les boire très WIT, le jeu de mots hard discount est visiblement un exercice imposé a tout les blogs vinicoles, j’y ai déjà soucris dans le titre pour etre tranquille.. et toc!

DaAAAhuuuuut!!!!!!

Snow Leopard Vodka Polak.

On a tous passé des week end de merde… Malgré l’excellente beuverie pour les 30 ans de l’ami paysan ce fut mon cas… Je me suis arreté à Puteaux pour prendre des amis et me suis fait braqué ma voiture dans la nuit : Un gps, un ipod et 10 bouteilles de vins dans la nature (si j’ose dire)… La police recherche un sourd, bourré mais qui sait ou il va! La police en question m’a aussi expliqué que c’était de ma faute : Une Audi A6 immatriculée en province, je suis une friandise pour la racaille parisienne. J’espere qu’ils prendont le temps d’écouter le contenu de l’Ipod : ça les changeras de Stromae. Je suis donc rentré à Nancy avec pour seul guide une médaille de Saint Christophe et un GPS de téléphone précis à 3.5km… Après plusieurs heures de trajet en supportant les radios locales de Champagne Ardenne, j’entreprend de sacrifier le budget consacré au passage de ma carte verte lors d’un stage de golf prévu cet été au remplacement des sus-cités objets (ceux qui me connaissent le confirmeront : pour moi sortir des toilettes sans GPS, c’est déjà à la grace de dieu ; quant à tolérer France Inter sans pouvoir brancher un popod sur l’autoradio c’est un coup à perdre le peu de santé mentale qu’il me reste). Et qu’apprends-je en consacrant le pnb du gabon à la greffe de pancréas de Steve Jobs? Scott Columbus, batteur d’exception qui a bercé mon enfance et un peu plus de ses martelements pachydermiques est mort… Même pour un Darou ça fait trop : vodka…

Je sais pas pour vous mais pour les gros coups durs, j’ai toujours trouvé que la vodka était adaptée… En l’espece pour le deuil de mon frere de métal ça s’imposait : c’est froid comme Asgard, efficace, brutal et parfaitement exécuté.

La Vodka en question est une vodka polonaise du nom de Snow Leopard, elle est faite à base d’épautre… Ca me rappel de bons souvenirs l’épautre… j’ai fait mes premiers essais agronomiques en testant les herbicides plus ou moins selectif du blé sur l’épautre… (oui, l’épautre c’est un blé à la con qui mets trois plombes a cuire…) Le teste à été inondé, à la fin ça ressemblait plus au Vietnam qu’a un essai agro! c’était il y a dix ans.. nous avions délimité les placettes d’essai en dessinant les contours avec du round up! ne me jugez pas, on voyait les choses différement à l’époque 😀

Personnellement je conserve ma vodka au congel pour toujours la boire glacée. La boire tiède serait se faire la vodka du diable. Mauvais point pour le bouchon, toujours chiant a ouvrir, surtout quand la bouteille est aussi givré qu’un biodynamiste! Elle est parfaitement limpide, c’est tout de meme un minimum, mais elle a aussi un joli éclat. Oui je commente l’aspect d’une vodka : ya bien des clampins qui commentent  la taille des bulles du champagne alors que ça fait des années qu’on leur dit que ça ne dépend que de la pression de gaz (garantie constante sur toutes les méthodes traditionnelles jusqu’a une paire d’année après le dégorgement). Le nez est joliment floral sur la violette et le muguet avec des notes de chlorophylle et de pain complet. Surtout, elle n’est pas du tout alcooleuse. Disons le : ça commence pas mal. La bouche à une attaque un peu huileuse, d’ou l’impératif de température pour celle ci, mais la finale est franche et nette comme je les aime. Une vodka ça dois pas bavouiller en bouche, c’est gloupe! un peu rond, finale clean, un chaud et froid dans la gorge et la on profite de la rétroolfaction comme un souvenir éthéré … Ici la rétro est bien longue avec un joli esprit de céréale, d’orge et un végétal anisé très élégant sur le fenouil.

Vous l’aurez compris c’est une très jolie vodka qui se veut premium et qui à les moyens de ses ambitions. En même temps.. ça peut à 45 € la bouteille.. Si c’est un peu cher c’est parcequ’en achetant cette vodka vous participez à la sauvegarde du Léopard des Neiges… Perso si je veux eviter que les gros matous ne meurent j’ai qu’a déjà arréter d’accélerer quand ils traversent devant moi… ça me coutera moins cher et avec l’argent économiser je m’acheterais pour 35 € un bouteille de stolinchka chtolinca tolinchaka… une autre vodka que je préfère mais moins cher (la Stolichnaya en fait..). Mais si vous croisez un Leopard des neiges, trinquez avec lui vous ne serez pas déçu!

Daaahuuuuut tout triste…

« There The Road Begins, Where Another One Will End... » Hail bro’!

Peut on boire avec des baguettes?

De prime abord je dirais qu’on peut boire avec qui on veut… Mais les baguettes ne boivent pas, au mieux elles éponges comme les soviets. Certains se sont émus du rachat du Chateau de Viaud par des chinois. Pas moi.. Lagrange appartient déjà aux japonais et des tas de français comme la famille Bourgeois de Sancerre investissent à l’étranger. C’est vrai qu’en France on se la pète gentiment en croyant être les seul à savoir faire du vin (malgré les camouflets de Spurrier …), alors que je ne voit pas pourquoi le chinois ne pourraient pas y arriver (je suis plutôt bin placé pour savoir que c’est pas si sorcier que ça 😉 !). Comme le péril jaune effraye la gauche Pomerol (faut que je leur trouve un autre nom, ils boycottent souvent les Bordeaux..), je vais m’essayer aux vins chinois.

Alors la Chine, j’ai demandais à Cécile Duflot, c’est dans l’hémisphère Est. Les chinois sont les gardiens d’une culture millénaire d’une grande finesse mais décorent leur restau avec un gout largement discutable, ça m’a toujours troublé… Quant sera t il de leur vins?

Le blanc : Chardonnay

La bouteille est immonde, kitsch façon buffet a volonté avec un espèce de filet en plastique rappelant un peu les Rioja des 90. C’est un chardonnay de Xinjiang. Chardonay, j’ai une vague idée, Xintruc nettement moins. En fait c’est un bled sur la route de la soie au nord de l’Inde. Finalement on est pas plus méridionale que la France mais le climat doit etre vachement continental, enfin c’que j’en dit.. j’en sais rien et je suis pas près d’y trainer mes sabots. Allez on attaque!

La couleur est soutenue, le nez est assez expressif sur des notes de fruits jaunes, pèche abricot, et de fleur blanche. Une note legère de litchi de bon ton. C’est pas mal… Par contre la bouche est un  peu décevante : c’est gras , ample mais un peu plat. Il reste peut etre un peu de sucre ce qui fait encore mieux sentir le manque d’acidité. C’est assez élégant, un peu court mais dans l’ensemble c’est très correct, surtout pour un 2006 il a une étonnante fraicheur.

Le rouge : cabernet sauvignon

Produit au même endroit, il partage également le design subtil de la bouteille et l’élégante resille qui la ceint tel le jarret d’un travelo de province.

La couleur est  profonde. Le nez rappel un peu les cabernet d’Oc et lui aussi garde une très belle fraicheur pour un vin qui a deja quatre ans. Le nez ne déborde pas de complexcité  mais recite la partition standard des cabernets bien murs : Mure cassis avec une pointe de poivron et d’épices  sauf que… Encore du litchi?? mais ça fout quoi  le litchi dans un vin rouge? serieux.. c’est assez troublant, pis c’est bien net en bouche, pas moyen de passé a coté! D’ailleurs cette bouche, parlons en : l’attaque est très ronde, ample, façon nouveau monde. Ca tombe un peu court et je la trouve un peu alccoleuse, malgré un titre raisonnable de le de 12 %. Pour moi le rouge est un niveau au dessu sdu blanc ; c’est vraiment pas mal, a part cet arôme de litchi qui est autant a sa place qu’un filet blanc autour d’une bouteille de vin, c’est parfaitement éxécuté. Sachant que la chine a décidé que  l’OIV pouvait se prendre ses réglements et se les tailler en biseaux il n’est pas déraisonnable de penser que la chine utilise des techniques interdites dans le reste du monde… de la à penser qu’ils se permettent d’arômatiser les vins… de la a penser que le litchi n’est pas un marqueur du merveilleux terroir de Xinchose…

Finalement je m’attendais à du vin de table, on en est loin. Déjà niveau prix : ça vaut a peu près 7 € la bouteille, c’est un peu cher. Et pis ça a un minimum de gueule ça vaut largement pas mal de vin d’appellation. Par contre ce qui est moins surprennant c’est la réaction des français. J’ai demandé si c’étrait bon on m’a repondu que c’etait déguelasse, j’ai demandé si quelqu’un l’avait gouté on m’a repondu que non…

DaaAAAAhuuuUuuttt!!!!